22-23 MARS 2019 GÉOGRAPHIES ET IMAGINAIRES

La construction de l’espace dans l’Europe du Nord

Journées d’études organisées en collaboration avec la BNU par Roberto Dagnino et Thomas Mohnike.

Wilhelm Bendz, Paysage de montagne, 1831, Musée Hirschsprung, Copenhague
(commons.wikimedia.org)

Depuis plusieurs années, l’espace a repris une position centrale dans l’analyse et l’interprétation des pratiques historiques et littéraires. Il s’agit non seulement d’un regain d’intérêt pour l’intervention dans l’espace concret mais aussi et surtout pour sa construction culturelle et médiatique en tant qu’ensemble de signes et de traces. Ces « géographies imaginées » fonctionnent à plusieurs niveaux, ayant un impact concret non seulement sur la construction physique de l’espace (monuments, bâtiments, frontières « visibles », etc.), mais aussi sur son appréhension cognitive par la projection de rêves et projets politiques, touristiques, esthétiques et économiques. Tout ceci montre bien que l’approche géographique ne peut désormais plus s’identifier avec une seule discipline monolithique, mais doit nécessairement faire l’objet d’un engagement pluriel où trouvent leur place les méthodologies de l’analyse littéraire ou de la recherche historique, tout comme les approches dérivant de l’histoire de l’art et de l’architecture, voire des théories politiques cognitivistes.

Ce colloque a l’ambition d’appliquer ces évolutions multidisciplinaires au Nord, interprété surtout – mais pas exclusivement – comme Europe du Nord au sens large, incluant la Scandinavie bien sûr, mais aussi l’aire néerlandophone, la région de la mer du Nord ainsi que les terres autour de la Baltique. La relation entre espaces et textes, la comparaison entre deux ou plusieurs aires géographiques, les études de cas autour de la conceptualisation de l’espace et les pratiques de maîtrise du territoire ne sont que quelques-unes des approches possibles de la thématique proposée.

Le présent colloque s’inscrit dans le cadre du projet de recherche sur les Mythèmes du Nord en circulation culturelle, qui organise des rencontres scientifiques depuis 2016. Il se tiendra à la BNU, qui présentera de son côté, du 17 mai au 20 octobre 2019, une grande exposition intitulée Hors du monde : la carte et l’imaginaire, traitant elle aussi des liens entre géographie et imagination.