CONCERT-CONFÉRENCE : Reynaldo Hahn – et Jean Sibelius

Par Eero Tarasti, Laura Pyrrö, Eila Tarasti et l’ensemble « la Belle époque » de la Société musicale de l’Université de Helsinki à l’occasion de la parution de l’ouvrage Sémiotique de la musique classique par Eero Tarasti (Presses Universitaires de Provence, octobre 2016)

Concert à l’Université de Strasbourg, le 15 novembre 2016 à 19 H,
Palais Universitaire (9 Place de l’Université)
Salle Fustel de Coulanges (1ère étage, à droite)

Ensemble « La Belle Époque » de la Société musicale de l’Université d’Helsinki.
Laura Pyrrö, soprano ; Eila Tarasti, piano ; Quintette : Petrus Laitinmäki, premier violon ; Oskari Eirola, second violon ; Mikko Metsälampi, alto ; Lauri Rantamoijanen, violoncelle ; Eero Tarasti, piano.

PROGRAMME

Oeuvres de Reynaldo Hahn (1874-1947)

Laura Pyrrö, soprano et Eila Tarasti, piano, Chants :

– D’une Prison (do majeur)
– Infidélité (mi bémol majeur)
– Fumée (do majeur)
– Mai (sol bémol majeur)
– L’Heure exquise ( bémol majeur)
Si mes vers avaient des ailes (mi majeur)
– Rêverie (mi bémol majeur)

Petrus Laitinmäki, Oskari Eirola, Mikko Metsälampi, Lauri Rantamoijanen et Eero Tarasti : Quintette pour deux violons, alto, violoncelle, et piano

– Molto agitato a con fuoco
– Andante (non troppo lento)
– Allegretto grazioso

Oeuvres de Jean Sibelius (1865-1957) et quelques autres compositeurs finlandais

Laura Pyrrö et Eila Tarasti

– Jean Sibelius, Den första kyssen (J.L. Runeberg, « Le premier baiser »), op. 37, n° 1.
Jean Sibelius, Flickan kom ifrån sin älsklings möte (J.L. Runeberg, « La fille revint de voir son bien-aimé »), op. 37, n° 5.
– Jean Sibelius, Säf, säf susa (G. Fröding, « Soupirez, roseaux, soupirez »), op. 36, n° 4.
– Jean Sibelius, Var det en dröm ? (J.J. Wecksell, « Était-ce un rêve ? »), op. 37, n° 4.
– Jean Sibelius, Demanten på marssnön (J.J. Wecksell, « Le diamant sur la neige de mars »), op. 36, n° 6.
– Oskar Merikanto (1868-1924) : Kevätlinnuille etelässä  (« Pour les oiseaux printaniers au sud »), op. 11, n° 1.
– Oskar Merikanto, Omenankukat (« Les fleurs de pommier »), op. 53, n° 1.
– Erkki Melartin (1875-1937) Minä metsän polkuja kuljen (« Je passe par les sentiers de forêt »), op. 4 n° 1.
– Oskar Merikanto, Tule kanssani (« Viens avec moi »), op. 75, n° 3.
– Eero Tarasti (1948- ), Sudenkorentojen laulu (Eino Leino, « Le chant des libellules »)
Lala (Kari Aronpuro) , du roman  Le retour  à la Villa Nevski

Petrus Laitinmäki, Oskari Eirola, Mikko Metsälampi, Lauri Rantamoijanen et Eero Tarasti :  Jean Sibelius, Quintette en sol mineur (Berlin 1889-1890) pour piano et cordes

I – Grave – Allegro
II – Intermezzo : Moderato
III – Andante
IV – Scherzo : Vivacissimo
V – Moderato – Vivace

Les artistes :

Laura Pyrrö est diplômée d’un Master en musique, mention opéra, de l’Académie Sibelius (Finlande), obtenu en 2007 avec les honneurs. Elle y a suivi les enseignements de Liisa Linko-Malmio, Ritva Auvinen et Elizabeth Norberg-Schulz. En 2002, elle a obtenu le premier prix du concours Timo Mustakallio. Citons, parmi ses rôles les plus importants, Pamina (Mozart), Micaëla (Bizet), Rosalinde (Die Fledermaus), La Renarde (Janáček), la Voix humaine (Poulenc). Elle a chanté à l’Opéra national de Finlande, dans plusieurs festivals en Finlande, Suède et Roumanie, ainsi qu’avec nombre d’orchestres municipaux finlandais. En tant que soliste, elle a donné des récitals à travers l’Europe et aux États-Unis. Elle a pris part à diverses émissions de radio et de télévision.

Eila Marita Elisabet Tarasti, pianiste et musicologue, a étudié le piano au Conservatoire de Jyväskylä (Finlande) avec Johan Strohofer et Leea Isotalo, puis à l’Académie Sibelius auprès de Timo Mikkilä et Izumi Tateno, ainsi qu’à Paris avec Jacques Février, à Rio de Janeiro avec Miguel Proenca et enfin à Bloomington avec Luba Edlina Dubinsky, où elle étudia également la pédagogie du piano avec Joseph Rezits. Elle a suivi les master classes de piano de Jan Hoffman et Bruno Seidlhofer. Elle a donné des récitals et des concerts-conférences dans de nombreuses villes d’Europe, d’Amérique du Sud, aux États-Unis, en Chine et au Kazakhstan, notamment à Paris, Bloomington, Minneapolis, Lyon, Rome, Bari, Bologne, Aix-en-Provence, Dresde, La Corogne, Tallinn, Vilnius, Cracovie, Girne et Almaty. En tant que musicologue, elle est spécialiste de l’œuvre de la compositrice finlandaise Helvi Leiviskä (1902-1982). Elle a enseigné le piano à l’Université d’Helsinki.

Quintette de la Société musicale de l’Université d’Helsinki

Petrus Laitinmäki est diplômé de l’Académie Sibelius et du Conservatoire de Vienne. Il a étudié la musicologie à l’Université de Helsinki, et est aujourd’hui premier violon de l’Orchestre symphonique de Kauniainen (Finlande). Il a également obtenu plusieurs premiers prix en tant que danseur lors de concours de danses latino-américaines.

Oskari Eirola a étudié le violon à l’Académie de Sibelius et la musique de chambre dans la classe de Ralf Gothoni ; il a joué dans nombreux ensembles et donne des concerts en Finlande.

Mikko Metsälampi a étudié la musicologie à l’Université d’Helsinki et la théorie musicale à l’Académie Sibelius. Membre fondateur de l’ensemble, il a participé à plusieurs tournées internationales.

Lauri Rantamoijanen a été élève de Martti Rousi à l’Académie Sibelius. Son répertoire inclut le Concerto pour violoncelle d’Elgar et des pièces de musique de chambre de Russie et d’Israël.

Eero Tarasti a fait ses études de piano à Helsinki, à l’Académie Sibelius (1967-1975) et de musicologie à l’université (1967-1975). Il a poursuivi ses études à Vienne (Autriche) en 1972, puis en 1973 à l’École normale de musique de Paris, où il fut l’élève de Jules Gentil et de Jacques Février. Il a suivi l’enseignement de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) en 1974-1975, auprès de A.J. Greimas, puis de l’Universidade federal de Rio de Janeiro (1976).

En 1978, il a soutenu à l’université de Helsinki sa thèse de doctorat sur les relations entre le mythe et la musique, publiée en anglais en 1979 et traduite en français en 2004. Après avoir enseigné l’éducation esthétique et la musicologie à l’Université de Jyväskylä (Finlande), Eero Tarasti a été nommé Professeur à l’Université d’Helsinki en 1984. Il en dirige depuis le Département de musicologie.

Écrivain, philosophe, sémioticien, musicologue et musicien, il a publié une trentaine de livres et plus de 400 articles dans diverses langues sur la sémiotique, la sémiotique musicale, l’histoire de la musique, l’esthétique et l’analyse. Parmi ses publications en français, citons Mythe et musique, Wagner-Sibelius-Stravinsky (Paris, Michel de Maule, 2003) ; La musique et ses signes (tr. de Daniel Charles et E. Gorge, Paris, L’Harmattan, 2006), Fondements de la sémiotique existentielle (tr. de Jean-Laurent Csinidis, Paris, L’Harmattan, 2009) et Sémiotique musicale (Limoges, PULIM, 1996).

Ses deux romans ont été traduits et édités en français : Le secret du professeur Amfortas (Paris, L’Harmattan, 2000) et Retour à la Villa Nevski (Paris, Éditions impliquées, 2014) ; de même qu’en italien : L’eredità di Villa Nevski (Lanciano, Casa Editrice Rocco Carabba, 2014.